Imprimer cette page  Envoyer cette page par e-mail

Face à la recrudescence de la délinquance sur le territoire de notre commune (cambriolages d’habitations, vols de voitures etc…) et dans le cadre de la politique de sécurité menée par le Conseil Municipal, des réunions publiques sur le thème « Voisins Vigilants » ont été programmées jeudi 5 décembre 2013 à l’Ensemble Charles Bringuier et mercredi 11 décembre 2013 à la halle des sports de Pizançon.

En présence du Capitaine Marlin de la gendarmerie de Romans, du Lieutenant Bourrachot de la Communauté de Brigades de Bourg de Péage, du Major Petit de la Brigade de Bourg de Péage , de l’adjudant Léanni, référent sûreté Drôme et du chef de police Gilbert Cheynel, le maire Christian Gauthier, a présenté le dispositif de sécurité « Voisins Vigilants », appelé aussi « Participation citoyenne » :
« Face à la recrudescence de la délinquance sur le territoire de notre commune (cambriolages d’habitations, vols de voitures etc…), nous avons demandé aux services de gendarmerie la réalisation d’un diagnostic de sûreté. Ce diagnostic a établi un état de la délinquance et a prévu un certain nombre de préconisations notamment le renforcement de notre système de vidéoprotection. 24 nouvelles caméras ont été installées sur le territoire communal, en plus des 6 déjà existantes.

Ces caméras ont fait l’objet d’un arrêté préfectoral d’autorisation en date du 23 juillet 2013. Les images enregistrées sont conservées 15 jours puis détruites automatiquement. Seuls les officiers de police judiciaire peuvent les visionner dans le cadre de leurs enquêtes. Les premières caméras installées en 2009 ont déjà permis à la gendarmerie l’identification d’auteurs de délits (attaque à main armée…), d’actes de délinquance ou d’incivilité.

Afin de compléter ce dispositif, nous avons souhaité mettre en place dans différents quartiers de la commune l’action ‘ voisins vigilants’ ».

A leur tour, Les officiers de gendarmerie ont pris la parole pour expliquer ce dispositif de sécurité :

« Le concept des voisins vigilants est d’origine anglo-saxonne et a été expérimenté dans les Alpes Maritimes où il a donné de bons résultats pour retrouver les auteurs de vols. En pratique, il s’agit de sensibiliser les habitants en les associant à la protection de leur quartier ou de leur lotissement, de créer un réseau de solidarité, de créer des chaînes de vigilance. Le dispositif devrait permettre à des « référents quartier »  tous volontaires, d’alerter les services de gendarmerie de tous faits suspects dont ils pourraient être témoins. Ce témoin, connu de ses voisins, de la commune et des services de gendarmerie, signera un protocole de deux ans renouvelables. Le périmètre du quartier à surveiller sera défini conjointement avec la mairie et la gendarmerie. Des panneaux signalétique pourraient être apposé à l’entrée d’un quartier ».

A l’issue des réunions publiques, les personnes qui souhaitaient devenir « référent quartier » étaient invitées à se faire connaître auprès des élus municipaux.