Imprimer cette page  Envoyer cette page par e-mail

La déclaration de naissance

La déclaration de naissance est obligatoire dans les trois jours suivant la naissance d’un enfant.

Où s’adresser ?
A la mairie du lieu de naissance.

Quand ?
Dans les trois jours suivants l’accouchement (le jour de l’accouchement n’étant pas compté dans ce délai).
Si le dernier jour est un samedi, un dimanche, un jour férié ou chômé, le délai est prolongé jusqu’au premier jour ouvrable suivant.

Important !
Si la naissance n’est pas déclarée dans le délai légal, l’officier de l’état civil sera dans l’obligation de refuser votre déclaration.
Un jugement déclaratif de naissance rendu par le Tribunal de Grande Instance tiendra lieu d’acte de naissance.

Par qui ?

  • le père de l’enfant,
  • à défaut, les médecins, les sages-femmes ou les personnes qui ont assistés à l’accouchement ou chez qui l’accouchement a eu lieu.

Pièces à produire
Il est indispensable de fournir un certificat médical d’accouchement qui vous sera remis par l’hôpital ou la clinique où a eu lieu la naissance.

Il est recommandé de fournir également :

  • le livret de famille s’il existe
  • les actes de naissance du père et de la mère ou les pièces d’identité de chacun des parents, en absence du livret de famille
  • les actes de naissance des frères et sœurs du nouveau-né s’il y a lieu
  • le formulaire de déclaration conjointe de choix de nom, s’il y a lieu
  • l’acte de reconnaissance prénatale s’il y a lieu


Le nom de famille

Le choix du nom de famille
Depuis 2005, les règles d’attribution du nom de famille permettent aux parents, lorsque la filiation est établie à l’égard de chacun d’eux à la date de la déclaration de naissance, de choisir quel(s) nom(s) porteront leurs enfants entre :

  • le nom du père,
  • le nom de la mère,
  • leurs 2 noms accolés dans un ordre choisi par eux et dans la limite d’un seul nom de famille pour chacun s’ils portent eux-même le nom de leurs 2 parents.

A noter : les noms composés existant avant 2005 constituent un nom unique, qui est indissociable et est donc transmis intégralement.

Déclaration conjointe de choix de nom
Le choix du nom de famille s’effectue par une déclaration conjointe de choix de nom.
La déclaration conjointe de nom doit être faite par écrit, et remise à l’officier de l’état civil du lieu de naissance lors de la déclaration de naissance du premier enfant pour lequel cette déclaration est recevable, par le père, la mère ou l’une des personnes habilitées à déclarer la naissance (membre du personnel de la maternité).

La déclaration de choix de nom est recevable au profit de l’aîné des enfants communs (nés des mêmes père et mère) lorsque celui-ci est né à compter du 1er janvier 2005.
En présence d’un aîné né avant 2005, le choix de nom est possible, au profit du cadet, à condition que celui-ci soit né après le 1er juillet 2006 et qu’il n’y ait pas d’enfant commun né entre le 1er janvier 2005 et le 30 juin 2006.

Exemple : l’ainé est né en 2000, le cadet né en mai 2006, le choix de nom est impossible.
Si le cadet est né en août 2006, le choix de nom est possible.

Conséquences de la déclaration

Le choix ne peut être fait qu’une seule fois et est irrévocable.
Le choix effectué s’impose aux cadets du couple dès lors que leur filiation est établie à l’égard des père et mère à la date de la déclaration de naissance.

Absence de déclaration

En l’absence de déclaration conjointe à l’officier de l’état civil mentionnant le choix du nom de l’enfant, celui-ci prend :

  • le nom de celui de ses parents à l’égard duquel sa filiation est établie en premier lieu,
  • le nom du père si la filiation est établie simultanément à l’égard du père et de la mère.

Le « non choix » équivaut à un choix et s’impose aux autres enfants.

Cas particulier : en cas de reconnaissance conjointe après la déclaration de naissance

Le choix de nom est également possible, selon les mêmes modalités, lors de la reconnaissance conjointe effectuée par les père et mère après la déclaration de naissance.
Toutefois, la filiation maternelle étant désormais établie par l’indication du nom de la mère dans l’acte de naissance, cette modalité s’applique exceptionnellement : il faut à la fois :

  • que le nom de la mère ne figure pas dans l’acte de naissance,
  • et que le père n’ait pas reconnu l’enfant,
  • et que tous deux reconnaissent ensuite ensemble leur enfant.